Besoin de changement

Posted in perso on 4 novembre, 2010 by bamboufrip

Voilà quasiment un an que je n’ai rien publié (honte sur moi)
En fait je n’avais pas grand chose à raconter (enfin rien de bien interessant)
Pour résumer : un nouveau boulot (employée de maison, rien de bien rejouissant !!!)
En Aout : vacances dans les Vosges au camping municipal de Longemer, c’était vraiment génial on a fait de la rando, on en a bien profité
En Aout on a egalement fait le tour de la famille (enfin pas tous ils sont nombreux)
En septembre, reprise de l’école (entrée au CP et en CE2)
En octobre, envie de changement, marre marre marre du boulot, marre de la région, on a envie de bouger mais nos finances ne suivent pas et en plus on aimerait habiter en montagne (vosges, auvergne, jura, alpes, mais on doit d’abord trouver un job !!!)

Publicités

les Sâdhu

Posted in Uncategorized on 3 janvier, 2010 by bamboufrip

Sâdhu
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Deux Sâdhu à Katmandou

Les hindouistes considèrent que le but ultime de toute vie est la moksha, la libération de l’illusion (mâyâ), l’arrêt du cycle des renaissances et la dissolution dans le divin, la fusion avec la conscience cosmique. Cet objectif est rarement atteint au cours de la vie présente.

Le sâdhu (du sanskrit साधु sādhu, « homme de bien, saint homme ») choisit de vivre une vie de sainteté pour accélérer ce processus, pour le réaliser à l’issue de cette vie. Les sâdhu sont présents en Inde depuis plusieurs milliers d’années, peut-être depuis la préhistoire, où leur rôle s’apparentait de celui d’un chaman. Au Ve siècle av. J.-C., le Bouddha les rejoint un moment dans sa recherche de l’illumination, ce sont les gymnosophes, les philosophes nus que les Grecs d’Alexandre le Grand croisent en pénétrant dans le monde indien. Il semble que leur nombre se soit largement développé au XIIIe siècle.

On considère généralement qu’ils forment 0,5 % de la population indienne, soit quatre à cinq millions de personnes.
Gravure du XVIIIe siècle

Les sâdhu sont des renonçants, ils coupent tout lien avec leur famille, ne possèdent rien ou peu de choses, s’habillant d’un longhi, d’une tunique, de couleur safran pour les shivaïtes, jaune ou blanche pour les vishnouites, symbolisant la sainteté, et parfois de quelques colliers, ils n’ont pas de toit et passent leur vie à se déplacer sur les routes de l’Inde et du Népal, se nourrissant des dons des dévots.

Dans leur recherche d’absolu, les sâdhu pratiquent des tapas, récitations de mantras, rituels magiques, contrôle du souffle, yoga unifiant le corps et l’âme, abstinence sexuelle, vœu de silence, méditation ou mortifications, ces mortifications que Bouddha refusera comme fallacieuses pour définir sa voie moyenne. La pratique des tapas est censée augmenter leur énergie spirituelle leur permettant d’atteindre un statut de presque-dieux. L’énergie sexuelle étant une source majeure de cette énergie spirituelle, l’abstinence permet donc de l’augmenter.

Un grand nombre d’entre eux consomment rituellement du haschich, comme Shiva est censé le faire, pour déchirer le voile de la maya, ce qui est toléré par l’État indien qui cependant prohibe cet usage dans sa loi. D’autres cependant refusent cette consommation qu’ils jugent opposée à leur idéal.

Les sâdhu shivaïtes frottent leur corps avec des cendres, symboles de mort et de renaissance. À l’image de Shiva, ils portent leurs cheveux extrêmement longs.

L’allégeance des sâdhu à Shiva ou à Vishnou se reconnaît par les marques traditionnelles qu’ils peignent sur leur front et parfois par la couleur de leurs vêtements. Il leur arrive de s’affronter lors des Kumbhamelâ pour des problèmes de préséance, chacun prétendant à entrer les premiers dans l’eau sainte.

À côté du désir de recherche spirituelle, les raisons originelles qui poussent à choisir la vie de sâdhu peuvent être très diverses : fuir sa caste, car les saints hommes ne les reconnaissent pas, échapper à une situation familiale pénible, à une situation économique calamiteuse, mais aussi pour une femme à l’infamie du veuvage, ce qui fait qu’il existe, bien qu’en nombre bien moindre (10 % de la population sâdhu), des sâdhu femmes ou sâdhvi (साध्वी sādhvī). C’est la raison pour laquelle, on rencontre peu de sâdhvi d’un jeune âge, contrairement aux chela masculins, les élèves des sâdhu, qui peuvent être de tout jeunes garçons.

La croyance veut que les sadhus obtiennent certains pouvoirs (siddhis) comme la lévitation, l’invisibilité, la capacité de grandir, vivre sans manger se nourrissant d’énergie et de marcher sur l’eau.
Sommaire
[masquer]

* 1 Les sectes shivaïtes importantes de sâdhu
o 1.1 Les Naga Baba
o 1.2 Les Gorakhnathi
o 1.3 Les Udasin
o 1.4 Les Aghori
* 2 Les sectes vaishnavas importantes de sâdhu
o 2.1 Les Ramanandi
* 3 Voir aussi
o 3.1 Articles connexes
o 3.2 Liens externes

Les sectes shivaïtes importantes de sâdhu [modifier]
Les Naga Baba [modifier]
Nagababa, Ardh Kumbh Mela, Allahabad 2007

Les Naga (qui signifie « nu ») Baba forment une secte shivaïte de guerriers ascètes. Leur existence est probablement très ancienne et, contrairement aux autres sâdhu, ils sont vindicatifs, organisés en sept akhara, c’est-à-dire en régiments et entrent facilement en conflit avec les autres sectes. Ils luttèrent même militairement contre les musulmans puis contre les Britanniques. Ils arborent souvent des armes, maintenant plutôt symboliques, comme des épées, des bâtons, des lances et surtout le trident, un signe de Shiva.

Comme leur nom l’indique, ils se dispensent souvent de tout vêtement, comme les moines jaïna digambara, qui sont eux non-violents. Ils sont spécialistes de la mortification de leur pénis, y attachant souvent des masses très lourdes dans le but de le désexualiser, pratique attestée par l’abbé Dubois, un des premiers indianistes. Leur corps est enduit de cendres provenant du feu sacré brûlant jour et nuit en l’honneur de Shiva, ou mieux, recueillies sur les lieux de crémation. La cendre est ce qui reste lorsqu’un corps s’est consumé : l’égo est annihilé. Les sadhu clament ainsi leur détachement des affaires du monde.
Les Gorakhnathi [modifier]

Les Gorakhnathis ou Nath babas suivent les enseignements tantriques du fondateur de leur secte Gorakhnath (peut-être autour de l’an mil), qu’ils considèrent comme une incarnation de Shiva et qui est l’auteur traditionnel du premier traité, maintenant perdu, de Hatha Yoga. Leur secte est supposée aussi vieille que le monde et Brahma, Vishnu et Shiva furent les premiers disciples de Gorakhnath aussitôt après la création. Les Gorakhnathis portent le kundala, un anneau à l’oreille que l’on perce au cours d’une cérémonie fortement ritualisée. Ils prient aussi Hanuman et Dattatreya. Leur centre principal est Gorakhpur dans l’Uttar Pradesh.
Les Udasin [modifier]

Les ascètes Udasin ou fils de Nanak ne sont ni adeptes de Shiva, ni même d’origine hindouiste car ils appartiennent à la religion Sikh. La secte a été fondée par Shrichandra le fils du Gurû Nanak, le fondateur du Sikhisme et ses membres le vénèrent ainsi que le panchayatana, un groupe de 5 divinités : Shiva, Vishnou, Surya, Durga et Ganesh depuis qu’ils se sont tournés vers l’hindouisme lorsque le deuxième gurû sikh les a excommuniés. En cas de conflit entre sectes, ils se rangent aux côtés des shivaïtes.
Les Aghori [modifier]
Article détaillé : Aghori.
Un sâdhu et son chela ou élève

Les Aghori forment la plus extrême des sectes de sâdhu, fondée par Kina Ram, un ascète du XVIIIe siècle. Ils recherchent l’illumination en suivant, parmi les comportements de Shiva, ceux qui sont considérés comme les plus hors normes. Assez peu nombreux de nos jours, une vingtaine vivants à Vârânasî près de la tombe de leur gurû, ils ont dû l’être beaucoup plus par le passé, probablement 200 à 300 à la fin du XIXe siècle.

Contrairement aux autres ascètes, et même à la grande majorité des hindous, ils ne sont pas végétariens et consomment de l’alcool. À l’image de Shiva, ils vivent sur les aires de crémation, vivent nus ou drapés dans un linceul. On leur attribue des habitudes d’impureté absolue, comme la consommation de viande en décomposition, de leurs excréments et de leur urine, la méditation installé sur des cadavres, la copulation avec des prostituées au cours de leur menstrues. Dans ce dernier cas, il s’agirait d’un rite tantrique par lequel ils s’incarneraient avec leur partenaire en Shiva et Kâlî. En fait, les Aghori pensent que les extrêmes sont identiques et que la distinction traditionnelle hindoue entre pur et impur n’est que le résultat de mâyâ, l’illusion de laquelle ils veulent se libérer.

Ils aiment à s’entourer de symboles de mort, en particulier de crânes humains qu’ils utilisent comme récipients à boire et comme instruments rituels.
Les sectes vaishnavas importantes de sâdhu [modifier]
Les Ramanandi [modifier]

Les Ramanandi forment une secte créée à la suite de l’enseignement du philosophe Ramananda (XVe siècle. On les appelle aussi Vairâgî, ceux que le monde indiffère, et Avadhûta, ceux qui ont renoncé à tout. Ils pratiquent la bhakti de Râma et Sita.

les Bishnoï

Posted in Uncategorized on 3 janvier, 2010 by bamboufrip

Bishnoï
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Femme Bishnoï habillée en manière traditionnelle
Palette spi inde.jpg
Religions
Védisme
Brahmanisme
Hindouisme
Ajîvika
Jaïnisme
Bouddhisme
Tantrisme
Sikhisme
Ayyavazhi
Voir aussi
Déités du monde indien
Articles connexes
Religions de l’Inde
Philosophie de l’Inde
Villes saintes de l’Inde
Juifs en Inde ~ Islam
Parsisme ~ Bahaïsme
Méta
Portail Monde indien
Portail Jaïnisme
Portail Hindouisme
Portail Bouddhisme
Index alphabétique
Index thématique
Page projet

Les Bishnoïs (ou Vishnoï) – de bish, vingt et noï, neuf dans une forme dialectale du hindî -, sont les membres d’une communauté vishnouïte créée par le gouroû Jambeshwar Bhagavan, appelé communément Jambaji (1451-1536), surtout présente dans l’état du Rajasthan, majoritairement dans les régions de Jodhpur et de Bîkâner, et dans une moindre mesure dans l’état voisin de l’Haryana en Inde. Les Bishnoïs sont des hindous qui suivent vingt-neuf principes, d’où leur nom, édictés par leur gouroû et se caractérisent par leur végétarisme, leur respect strict de toute forme de vie (non-violence, ahimsâ), leur protection des animaux ainsi que des arbres, leur adoption d’une tenue vestimentaire particulière[1]. On les définit souvent comme ayant une forte conscience écologique. Les Bishnoïs vivent paisiblement dans des villages isolés loin des centres de peuplement, et sont environ sept millions en Inde. Ce sont les rares hindous à enterrer leurs morts, du fait du bois qu’il faut couper pour la crémation. Il est probable que les corps soient brûlés avec du bois mort trouvé[réf. nécessaire].

L’antilope noire (Antilope cervicapra) est particulièrement vénérée par les Bishnoïs, car leur gouroû enseigna qu’il se réincarnerait dans l’une d’elles après sa mort. Sa présence signale souvent un village proche de la communauté où on la trouve communément déambulant en toute confiance entre les maisons. Les femmes bishnoïes sont censées allaiter les faons orphelins.

Farouchement végétariens, lorsqu’en 1998 l’acteur de Bollywood Salman Khan, après avoir abattu une antilope au cours d’une chasse dans la région de Jodhpur, la communauté s’enflamma, suivit une grève contre les touristes ; l’affaire fit scandale dans toute l’Inde et les Vishnoïs récoltèrent une notoriété qu’ils ne recherchaient nullement[1].
Sommaire
[masquer]

* 1 Le sacrifice d’Amrita Devi
* 2 Les 29 commandements des Bishnoïs
* 3 Quelques proverbes Bishnoï
* 4 Notes et références de l’article
* 5 Voir aussi
o 5.1 Articles connexes
o 5.2 Liens et documents externes

Le sacrifice d’Amrita Devi [modifier]
Cénotaphe de Khejarli, en l’honneur des Bishnoïs morts

La communauté bishnoï a connu de graves problèmes lorsque le monde extérieur a pu mettre à mal leurs principes.

Elle garde ainsi en mémoire un évènement qui se déroula au XVIIIe siècle, en 1730, lorsque le mahârâja Ajit Singh de Jodhpur envoya des coupeurs de bois (des soldats) dans les villages aux alentours, pour couper les gros arbres, notamment les khezri, parmi les plus fameux arbres du désert : il avait besoin de bois pour ses meubles[1].

Ses hommes se rendirent sur les terres bishnoïes pour abattre des arbres : les Bishnoïs sortirent de leur village, et leur demandèrent de ne pas couper les arbres, expliquant que c’était contraire à leurs préceptes religieux[1].

Le maharadja confirma son ordre et les soldats se mirent à couper ; et une femme de la communauté, Amrita Dévi, ainsi que ses filles et d’autres femmes, s’interposèrent pour leur interdire cet abattage, entourant chacune un arbre de leurs bras[1].

Puis hommes, vieillards, jeunes suivirent l’exemple des femmes. Tous prirent un arbre à bras le corps ; et les soldats coupèrent, mutilèrent, sans distinction, les arbres et les Bishnoïs[1].

En tout, 363 personnes furent ainsi sacrifiées pour avoir tenté de protéger les arbres[1].

Il n’existe pas d’autre exemple dans l’histoire humaine, et dans le reste du monde, où des êtres humains offrirent leur vie pour sauver la vie d’arbres[1].
Les 29 commandements des Bishnoïs [modifier]

Ces préceptes édictés par Jambaji en 1485 sont les fondements, les pratiques et les fins de cette branche, ou secte, de l’hindouisme. Suivre avec fidélité ces 29 commandements permet à l’adepte du bishnoïsme de se libérer définitivement du cycle des naissances (samsâra) et des morts en atteignant le nirvana.

Les 29 commandements ont donné naissance au nom bishnoï : « bish », comme vingt, en hindi, et « noï », neuf.

Le bishnoïsme a donc l’avantage d’être une branche de l’hindouisme très simple et facile à assimiler, qui se traduit par une règle de conduite qui devient une sagesse de vie, et qui lui a permis d’attirer les populations musulmanes soucieuses de se fondre dans l’hindouisme, tout en préservant la dévotion épurée islamique.

Voici la liste des 29 règles des bishnoïs:

* 1° Observer une mise à l’écart de la mère et du nouveau-né pendant trente jours après l’accouchement (pour éviter des infections et à cause de l’éventuelle fatigue de la mère).

* 2° Ecarter la femme de toute activité pendant 5 jours lors du début de ses règles (pour ne pas la fatiguer et respecter une certaine hygiène).

* 3° Tôt, chaque matin, prendre un bain.

* 4° Maintenir la propreté externe du corps et interne de l’esprit (par un comportement et des sentiments humbles, sans animosité, etc.)

* 5° Méditer deux fois par jour, en matinée et en soirée, lorsque la nuit est encore séparée du jour.

* 6° Chanter la gloire du seigneur et exposer ses vertus chaque soirée.

* 7° Offrir l’oblation quotidienne au feu saint avec un cœur rempli de sentiments de bien-être pour tout être vivant, d’amour pour la nature et le monde entier et de dévotion au seigneur.

* 8° Employer l’eau filtrée, le lait et le bois de chauffage soigneusement nettoyé (pour éviter que des insectes soient tués ou brûlés).

* 9° Etre attentif et conscient de ses paroles.

* 10° Pardonner naturellement.

* 11° Être compatissant.

* 12° Ne pas voler.

* 13° Ne pas dénigrer, déprécier derrière le dos, quelqu’un.

* 14° Ne pas mentir.

* 15° Ne pas se livrer à l’opprobre.

* 16° Rapidement observer et méditer la nuit sur la nouvelle lune.

* 17° Réciter le nom de saint de Vishnou.

* 18° Être compatissant envers tous les êtres vivants.

* 19° Ne pas détruire les arbres verts (c’est-à-dire non morts).

* 20° Tuer les passions de convoitises, d’irritation, d’envie, d’avarice et d’attachement.

* 21° Se permettre de cuisiner soi-même, ou par un fidèle d’une autre religion ou secte, en étant pur de par le cœur et le travail.

* 22° Fournir un abri commun (Thhat) pour les chèvres et les moutons afin de leur éviter l’abattoir.

* 23° Ne pas castrer le taureau.

* 24° Ne pas consommer ou cultiver de l’opium.

* 25° Ne pas consommer ou cultiver du tabac et ses dérivés.

* 26° Ne pas consommer ou cultiver du cannabis.

* 27° Ne pas boire de boisson alcoolisée.

* 28° Ne pas manger de plats de viande ou non-végétariens (afin de protéger les animaux) et obligation de protéger et de nourrir les animaux sauvages.

* 29° Ne pas utiliser de vêtements teints en bleu (en Inde antique, cette couleur était obtenue grâce à un arbre sauvage, l’indigo, et c’est aussi la couleur de la mort).

Quelques proverbes Bishnoï [modifier]

* Ne jamais abattre un arbre verdoyant, attendre que le bois soit mort pour l’utiliser comme bois de construction.
* Mettre les morts simplement en terre qui se nourrira de la chair. Faire l’économie du bois pour la crémation ou le cercueil.
* La propreté et l’hygiène garde de la maladie.
* Protéger la vie sauvage qui maintient la fertilité des sols et l’équilibre naturel des espèces. Ils sont tenus de réserver un dixième de leur récolte céréalière pour l’alimentation de la faune locale.
* Conserver l’eau à l’usage des hommes et des animaux et en construisant des réservoirs partout où cela est nécessaire.
* Pratiquer le végétarisme et se prémunir de toute addiction.
* Ne rien attendre du râja ou du gouvernement, ne compter que sur la communauté.
* Les femmes, sources de la vie, s’habilleront de vêtements rouge ou orange brillant, et les hommes de blanc, symbole de dévotion.
* La violence n’est acceptable que pour la défense d’un arbre, d’un animal ou de convictions ; il est bon de mourir pour cela.

skelanimals

Posted in Uncategorized on 31 décembre, 2009 by bamboufrip

Bonjour
J’ai carrément craqué devant ces petites peluches dans un magasin de mangas et comics
Je vous les presente


Le film angoissant préféré de ChungKees est « l’Attaque de la Forêt En bambou »

ChungKee aime mâcher le bambou mais il ne veut pas de bambou le mâchant. Quelquefois, après le fait de regarder le film il regardera le bambou fixement dans sa main pour s’assurer qu’il ne déplace pas, continue ensuite à le mâcher.

Il peut être lent comparé aux autres Skelanimals, mais quand il dit quelque chose que les autres écoutent.


Le film angoissant préféré de Dax est « Prennent garde l’Aigle. »

Il veut juste jouer et plaire. Il fera n’importe quoi pour attiré l’attention et conduit quelquefois les autres Skelanimals dans son espièglerie, mais ils le manquent toujours chaque fois qu’il n’est pas autour de.

Il est un compagnon fidèle qui ne quittera jamais vos côté.


Le film angoissant préféré de Diego est « des Oiseaux ».

Vous pouvez d’habitude le trouver dans le coin supérieur sombre de vos toilettes dormant pendant le jour. La nuit il vole autour pour harceler les autres Skelanimals pour jouer. Il est aussi enjoué que Dax, qui le rejoint quelquefois cherchant des lucioles dans l’obscurité.

Pendant que vous êtes endormis, Diego veillera sur vous pour s’assurer que les insectes ne vous tracassent pas.


Le film angoissant préféré d’Elle est « le Village des Lances. »

Comme elle est la plus grande des Skelanimals, elle s’occupe des rencontrent par hasard. Elle est vraiment très douce, mais quand elle a son jeu d’esprit sur quelque chose, elle peut être assez entêtée.

Elle peut lancer une énorme crise de rage par moments. Après cela, elle est juste parfaite.


Le film angoissant préféré de Jack est  » le Lièvre et la Tortue. »

Le film n’est pas angoissant du tout sauf à Jack. Il espère toujours voir si la tortue est autour de lui. Il ne peut pas toujours rester en place.

Jack sait qu’il est la ’cause fortunée il a toujours les deux pieds.


Le film angoissant préféré de kit est « Perdu en mer. »

Chaque fois qu’elle voit de l’eau elle est effrayée et cherche un endroit haut pour rester.Comme votre rayon de bibliothèque, ou à côté de votre ordinateur, ‘provoquez elle sait qu’elle ne se fera pas mouiller. Elle est tout à fait intelligente.

Elle peut être un peu culottée, mais elle ne le veut pas dire. Il fait juste partie de sa nature.


Le film angoissant préféré de Marcy est « le Collectionneur de Queue ».
Elle veut juste flâner avec vous. Elle ne se fait pas de souci aussi longtemps que vous êtes là.


Le film angoissant préféré de Pen est « l’Orque, l’Orque! »

Pen aime jouer avec la porte du congélateur, mais, il n’a pas besoin d’être au frais tout le temps. Il devient chaud et froid facilement. Quand il veut être chaud il glissera dans votre lit et se blottira contre vos pieds.

Pen fait rire les autres Skelanimals chaque fois qu’il se dandine. Il aime faire le rire de gens


Le film angoissant préféré de Quackee est « le Fermier Affamé. »

Elle aime chanter, même en public. Le chant la met toujours dans une bonne humeur. De temps en temps, elle frappe les notes justes et reçoit les autres Skelanimals chantant aussi.

Quackee est très nonchalant et aime l’amusement. Quand quelque chose arrive à un de ses amis, elle est toujours la première à prêter une aile.


Le film angoissant préféré de Thomas est « la Géographie, Nos Beaux Déserts. »

Pas un film angoissant, mais pour Thomas il est. Il aime rester dans la cuve où c’est agréable et mouillé. Vous pouvez toujours compter sur lui pour enlever les gouttes d’eau autour de la maison, qui rend le Kit folle.

Il aime écouter les autres bavardage des Skelanimals. Le fait de juste attendre est assez amusant pour lui.


Le film angoissant préféré de Dee est “la Chasse de Cerfs.”

Dee a tendance à être réservé. Elle ne veut pas offenser quelqu’un et est prudente de ce qu’elle dit. Elle restera avec tout le monde aussi longtemps qu’il est amusant.


Le film angoissant préféré de Bill est “le Bloc du Boucher.

il aime rouler autour de vous à l’étage et grogner à chacun de ses tour.Il colle son museau dans les conversations des autres Skelanimals et généralement a une bonne réponse à tout, même s’ils ne lui ont pas demandé.


le film angoissant préféré de Lammy est “le Loup dans les Vêtements de Moutons.”

Elle veut juste se blottir dans le lit et le sommeil tout le jour. Elle ne veut pas jouer et courir autour de vous mais rêver plutôt de la mise à flot d’un bateau dans les nuages. Sa devise est, “Ce qui arrive, arrive.


Le film angoissant préféré de Carrie est “Né Libre.”

Carrie aime être soigné et choyé. Elle n’estime pas qu’elle est gâtée, elle aime juste ces choses et sens qu’elle les mérite. Si vous êtes disposés à lui donner se qu’elle veut, elle vous aimera pour toujours.


Le film angoissant préféré de Roy est “le Renard Rusé.”

Roy agit comme un réveil pour réveiller les Skelanimals. Il est toujours joyeux et excité aussitôt qu’il se réveille le matin. Il aide à rendre le matin facile à passer, surtout quand vous restez dans le lit


Le film angoissant préféré de Maxx est “le Receveur de Chien.”

Il aime exposer ses dents pour montrer sa difficulté et a tendance à mordre d’abord s’il croit que vous dites quelque chose de mal sur lui. Il est vraiment doux à l’intérieur, mais veut s’assurer que vous ne le remarquez pas. Maxx est protecteur des autres Skelanimals, surtout de Dax, qui ressemble à un petit frère.


Le film angoissant préféré de Lolita est “le Spectacle de Baleine Jamais Finissant.”

Lolita aime jouer, mais pas pour le reste de sa vie. Les autres Skelanimals lui donnent espoir qu’un jour elle sera capable de rejoindre sa famille et de leur montrer tout les trucs d’amusement qu’elle a appris.


Le film angoissant préféré de Cecil est “le Serpent et la Mangouste.”

Elle peut être très spirituelle par moments. Elle essaie d’hypnotiser certains des Skelanimals pour faire des choses pour elle, mais la plupart du temps il ne travaille pas ainsi elle finit par sembler juste bête. Cecil aime s’emballer autour de votre jambe quand vous dormez


Le film angoissant préféré de Foxy est “les Chiens de meute de Spectre.”

Foxy aime être poursuivi.Foxy et Dax joue beaucoup ensemble, seulement parce qu’elle le harcèle jusqu’à ce qu’il la poursuive à un endroit qu’il n’est jamais été et ensuite elle le regardera a distance comment il trouve la voie jusqu’à la maison.il est un bon ami et fera tout le possible pour vous sortir des problème même si elle en est la cause


Le film angoissant préféré de Matt est “9 vies.”
Il est toujours occupé en faisant des choses même s’il n’est rien. Il ne peut pas sembler se reposer et est toujours conscient d’où le Kit est,même quand elle est hors de la maison. Matt peut être petit, mais il est une grande aide chaque fois que quelqu’un perd quelque chose dans les endroits restreints et serrés.

TRYO EN CONCERT A BERCY

Posted in Uncategorized on 16 décembre, 2009 by bamboufrip

Pains aux raisins

Posted in cuisine on 1 octobre, 2009 by bamboufrip

Je vous présente mes premiers pains aux raisins faits avec une simple pate à pain brioché fait dans ma MAP

J’ai préalablement fait trempé les raisins dans de l’eau bouillante et du rhum (pas de trop 2 cs)

J’ai préparé une creme patissiere allégée en sucre car les raisins en contiennent déjà

Les photos ne sont pas top mais elles viennent de mon telephone (plus de piles dans l’appareil photo !!!!)

Ils n’ont pas trop la tête des pains aux raisins du boulanger mais ils sont délicieux (tout le monde a adoré à la maison)

Posted in Uncategorized on 21 juin, 2009 by bamboufrip

Meez 3D avatar avatars games